Dieudo et Soral en Corée du Nord

Dieudo et Soral : Le courage d’être soi

Selon les bien-pensants, ce qui distingue une démocratie exemplaire comme la France de la tyrannie « stalinienne » que serait la Corée du Nord, c’est la diversité des opinions exprimées dans la presse.

Les journalistes, protégés par une poignée de milliardaires philanthropes, peuvent librement exprimer les vérités qui dérangent et dénoncer les maux qui rongent notre société.

Prenons l’exemple du courage et de son interprétation selon les angles éditoriaux de notre presse supposément indépendante et libre.figaro courage

 

Pour les éditorialistes du marchand d’arme multimilliardaire, le bon sens et le courage, c’est prendre des mesures qui vont à l’encontre des intérêts du peuple…

paris match

Chez les mondains de Paris Match, le courage, c’est un people qui poste sur Instagram une « tribune » de 8 lignes en faveur du mariage gay en Australie.

Il est vrai que cette de prise de risque maximum l’expose probablement aux représailles des hordes d’homophobes qui peuplent encore nos sociétés modernes. Je ne serais pas étonné qu’il soit victime d’une tentative de lynchage lors d’une séance de dédicaces.

libé

Pour les cadres urbains prétentieux de chez Drahi, le courage, c’est de se clouer les testicules sur la place rouge dans le cadre d’une performance artistique. Les esprits mal programmés pourraient voir cela comme le délire  psychotique d’un sado maso en mal de notoriété, mais qui comprend bien les attentes des médias progressistes d’occident… Mais non, dans les chroniques philos de chez Libé, c’est le courage d’être soi.

Permettre aux médias de faire mentir les mots, selon les intérêts de leurs maitres, serait le marqueur d’une démocratie moderne et progressiste du XXIème siècle…

Mais cette diversité d’opinions, dont s’honorent les médias, n’a plus court lorsqu’il s’agit d’Alain Soral et Dieudonné.

Avant même de citer leurs noms, la presse rappelle leurs multiples condamnations pour injures et antisémitisme. Pourtant, ils n’en font jamais de même pour leur patron M. Dassault, Drahi et Lagardère, des récidivistes lourdement condamnés pour des faits autrement plus graves que des mots.

dassault

Pour Dieudo et Soral, ce qui n’est JAMAIS mentionné, ce sont les agressions ultra violentes dont ils ont été les victimes en raison de leurs délits d’opinion.

Lors de l’annonce de leur venue en Corée pour promouvoir la paix entre les peuples,  les médias, dans une unanimité totale (aucun ne manquait à l’appel), ont dénoncé le caractère nauséabond et malsain d’une telle initiative.

inrocks

Pas question de courage les concernant. Pourtant, il en faut du courage pour se rendre dans une Corée du Nord au bord de l’anéantissement par les puissantes forces américaines présentes à sa frontière du Sud.

Sans compter les peurs irrationnelles à surmonter, comme monter dans un avion nord-coréen lorsqu’on est parmi les plus grands dissidents de notre temps. « Et s’ils faisaient exploser l’avion… ».

Qui est le plus fou ? Le fou ou celui qui le suit ?

Mais qui donc pourrait accompagner des hommes pareils à l’autre bout du monde, malgré les risques, dans une aventure aussi improbable et 5 jours après le test atomique coréen ?

Probablement des crânes chauves incultes aux peaux couvertes de croix nazie et aux casiers judiciaires bien chargés que nous promettaient les médias…

ligue pour la paix corée du nord

Il y avait bien un ancien tolard parmi nous, Paco, un universitaire chilien qui a passé plus de 20 mois dans les geôles du sémillant général Pinochet. L’ambassadeur de Cuba, autre pays criminel, l’a d’ailleurs invité à diner…

Outre ce défenseur de l’international socialiste et qui fut un copain de Chavez, dans ce groupe passablement bigarré (black, blanc, beur, jaune, indien) et de tous âges (22 ans jusqu’à 63ans), il y avait de nombreux personnages d’exception.

Notre médecin de 38 ans, d’origine béninoise, passionné de musique africaine et joueur de Kora, et qui vit dans une île de l’océan Indien. Dans le car, durant nos longues pérégrinations sur les routes de la campagne coréenne, il étudiait l’homéopathie sur son PC. Son rêve ? Pouvoir aider les pauvres à se soigner à moindre coût. Drôle, bel homme et fin d’esprit, il est la preuve que finalement, les médecins de Greys Anatomy peuvent exister…

médecin corée du nord

Matt, l’ex banquier trentenaire qui a tout plaqué pour devenir entrepreneur à succès à Hong-Kong, et qui écrit des lettres (des vraies, pas des mails) à ceux qu’il apprécie. Il revenait de Los Angeles où il vient d’ouvrir une galerie de street arts. Malgré sa réussite et sa vie de héros de roman pour parisiennes célibattantes, il ne connait pas la vanité…

bresilIl y avait aussi ce couple de fonctionnaires si souriant (madame est brésilienne) que les coréens venaient systématiquement vers eux. Toujours aimables, particulièrement drôles, le genre de couple que tout le monde aimerait avoir pour amis, que faisaient-ils dans une pareille galère ? « On voulait découvrir le vrai socialisme » m’ont-ils dit. « Après tout, nous sommes fonctionnaires. Et puis surtout, on est fan de Dieudo, on trouvait son idée géniale et on voulait être à ses côtés dans ce moment. »

 

Ryad 22 bougies au compteur, Algérien et fier de l’être, arrive en France il y a 3 ans pour suivre des études d’audiovisuel. Il a sa propre vision du monde qu’il nous livre à travers sa caméra qu’il ne quitte jamais ! Pour venir, Il a vendu son seul bien de valeur, sa petite voiture qu’il avait péniblement acquise à coup de job étudiant. C’est la certitude de participer à un moment historique qui l’a convaincu de venir.

ryad

L’insupportable Phil, métis franco coréen, baraqué, super beau gosse, drôle, brillant ingénieur vivant à Séoul. Il nous servait d’interprète dans nos pérégrinations sur les marchés ou dans rues de Pyongyang. Si ton employeur te savait ici, tu perdrais ton job de rêve, pourquoi es-tu là ? « Pour découvrir la terre de mes ancêtres et comprendre mes semblables du nord. » Le soir en m’endormant, je rêve que mon fils puisse être à son image…

Greg, l’étudiant en théologie qui, lassé de la violence de notre monde, a tout laissé derrière lui pour suivre les enseignements de Sheikh Imran Hosein en Malaisie. « Je sais ce que je dois à Soral dans ma réalisation d’homme, je souhaitai pouvoir le remercier de vives voix… »

Jean-Valery, l’ingénieur baroudeur, qui a bossé dans tous les coins chauds du globe (en Lybie, en Iran, en Syrie) et que rien n’impressionne. Cool et sympa, comme souvent avec les cathos tradi, il se sent infiniment plus à l’aise dans un pays sans dieu, sans pornographie, sans pub, sans délinquance, qu’aux Etats-Unis, ou pourtant dieu est partout, à commencer par les billets.

Laurent et son ami Francis, des artisans à l’ancienne, courageux et bosseurs, qui connaissent la signification du mot travail et qui parlent comme dans les films d’Audiard. « Putain, c’est des vrais les coréens ! Ils construisent les bâtiments à la mano, respect ».08092017-DSC_5056

Une jeune et belle mauricienne, qui a mis trois jours pour venir. Elle travaille dans une association qui lutte pour la préservation des ressources naturelles des micros états de l’océan Indien et Pacifique. Pourquoi es-tu-là ? « La Corée est certainement le pays le plus écologique du monde, pas d’engrais, pas de pétrole, une parfaite gestion des déchets, je viens chercher l’inspiration pour mon travail ».

09092017-DSC_5975

Mais aussi Jonathan, improbable bucheron, taillé comme un ours et doux comme un agneau ; Seb l’infirmier au physique de videur et au regard d’acier, l’un des mecs le plus street crédible du monde ; Claire la photographe, Maxence l’expat qui vit au Japon… Et puis ceux que je ne dois pas citer par soucis de confidentialité liés à leur fonction.

Tous ont fait fi des dangers, des difficultés et des risques professionnels pour répondre à l’appel de Dieudo, largement relayé par Alain, à venir promouvoir la Paix à la frontière coréenne.

Ils ont offert aux coréens le meilleur visage de la francophonie, celle de la diversité, de la tolérance, de l’intelligence et du courage. Celle que prétendent incarner les rédactions blanches et bobo des médias qui les insultent.

Mais plus encore, ils ont fait naître l’espoir dans le cœur de tous ceux qu’ils ont croisés. Malgré le torrent de boue que les médias occidentaux déversent sur eux, il existe encore des hommes et femmes prêts à se mobiliser pour la Paix, à refuser la domination du monde par une poignée de fous.

Dorénavant et grâce à eux, Pyongyang ne sera peut-être plus un musée à ciel ouvert pour grabataires occidentaux nostalgiques de l’URSS. Cette dernière pourrait devenir le point de ralliement de tous les anti-impérialistes du monde.

Cet espoir fragile, la Corée le doit aux pionniers que sont Soral et Dieudonné, ainsi qu’à ceux qui les supportent dans leur combat. Ils incarnent en effet, face aux nouveaux visages du fascisme dont les médias sont le bras armé, le courage, le vrai.

La Corée est une ligne de front, celle de la révolte des nations face à la gouvernance globale.

Tags:
0 shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *